Yoga Magazine France Retreat Article

Trois heures de vol et vous voilà dans un autre monde. Un monde où des pétales de rose ornent votre oreiller, où on remplit votre verre d’eau après chaque gorgée, un monde de charmeurs de serpents et de détente. Et, bonne nouvelle, vous pouvez y aller quand ça vous chante.

TEXTE: HELEEN PEVERELLI
PHOTOGRAPHIES : HAROLD PEREIRA
BEKIJK TIJDSCRIFT GA NAAR PAGINA TERUGREKKEN

Perumal a une idée en tête, nous faire repartir de la base.
Je sors de la douche. De jolies serviettes parsemées de pétales de rose m’attendent, impeccables et moelleuses. Sur la terrasse attenante à la chambre, aussi grande que mon salon à la maison, je découvre des petits verres d’eau préparés sur un plateau. Je m’installe confortablement dans le divan abondamment garni de coussins marocains, perçois la délicieuse chaleur qui m’enve- loppe, regarde les palmiers qui bruissent doucement et… je me sens triste. Inquiétude, sentiment de culpabilité. Je suis ici à ne rien faire un jour de semaine, alors que ma famille et mes collègues sont dans le froid. Le texto de ma fille de 8 ans : « Maman, ici il fait un temps de chien, c’est Barbara qui dit ça. Tu me manques », et quelques mails de collègues attisent ce sentiment. Heureusement, ce lieu confortable, un peu en dehors de Marrakech, offre une connexion Wi-Fi parfaite, idéale pour les gens qui doivent se mettre progressivement au rythme marocain.

Et que fait-on quand on se sent mal dans sa peau ? Du yoga ! Le magnifique shala jouxte la piscine, lumineux, avec vue sur le ciel bleu dont se détache l’éclatante blancheur d’un bougainvillier. Le gazouillis des oiseaux est là pour me rappeler qu’il ne faut pas trop prendre la vie au sérieux.

Perumal, le professeur de yoga qui va nous accompagner cette semaine, est d’origine indienne, mais il a vécu une grande partie de sa jeunesse à Los Angeles. À l’âge de 12 ans déjà, il donnait des cours d’arts martiaux, et cela est perceptible dans sa manière d’enseigner le yoga. N’espérons pas pouvoir nous plonger immé- diatement dans une Salutation au Soleil, Perumal a d’autres inten- tions en ce qui nous concerne. Nous consacrerons cette semaine aux fondamentaux : relâcher nos articulations le premier jour, entraîner nos abdominaux le deuxième, développer la force des jambes le troisième, nous concentrer sur les épaules le quatrième
et une combinaison du tout le cinquième. « Car les personnes qui commencent par un entraînement trop important tout de suite déve- loppent des muscles plus forts que leurs tendons, ce qui occasionne des blessures », explique-t-il, soulignant qu’il ne faut jamais, durant une leçon de yoga, faire un mouvement que l’on sent inadapté à son corps. « Et n’allez jamais au-delà de 90 % de votre force. Vous pouvez bien sûr le faire de temps en temps, mais pas à chaque leçon. Sinon, les problèmes sont assurés. » Cela fait du bien de s’entendre dire ça, surtout quand on pratique un style de yoga dynamique, centré sur la performance. Avec Perumal, nous sommes entre de bonnes mains. Les exercices ressemblent parfois beaucoup à un entraînement de g ymnastique, mais heureusement, après chaque position, on peut se plonger dans les délices de la posture du Papillon couché.

Couchée en Savasana, je me demande déjà quand je pourrai revenir.

À la recherche du gourou
Dans la pénombre des hauts palmiers, tandis qu’après chaque gorgée un aimable serveur nous ressert de l’eau bien fraîche, Perumal raconte son histoire très particulière. Tout jeune, il suivait l’ensei- gnement d’un maître de kung-fu à Los Angeles. Tandis que d’autres petits garçons jouaient dehors, Perumal s’entraînait, du lundi au samedi. « J’avais un objectif, je voulais devenir professeur. Mon maître me formait. Il ne me complimentait pas, ne gonflait pas mon ego, mais il m’entraînait et me donnait l’occasion de donner des cours. »

Après plusieurs années de cette préparation, Perumal vécut à l’âge de 22 ans une expérience spirituelle. Pas sur une montagne en Inde, mais plus simplement dans un Starbucks, en Californie, son ordinateur portable sur les genoux. « Un yogi avec de longs cheveux b
lancs, une barbe et un habit blanc me fixait du regard. Il est venu vers moi et a affirmé : “Tu vas donner des cours de yoga.” Je me suis dit qu’il était fou, je n’avais jamais fait de yoga de ma vie. J’avais toujours pensé que c’était pour les femmes, et que le monde n’avait pas besoin de davantage de professeurs de yoga. » Il a tout de même suivi le yogi, qui s’appelait Babaji. « Nous sommes arrivés à une petite maison délabrée, avec quelques vieillards tout maigres qui ne faisaient que respirer. » Il s’est entraîné trois mois avec eux et il a ainsi appris que le yoga était bien davantage que des étirements et de la souplesse.

Perumal a alors rêvé d’avoir un gourou indien. « Je suis retourné en Inde, chez mes proches, et leur ai demandé : “Je cherche un gourou, pouvez-vous m’aider à le trouver ?” Ils auraient préféré me voir travailler comme ingénieur, mais ma tante m’a emmené voir diffé- rents maîtres. Après chaque visite, elle me demandait, pleine d’espoir, si c’était lui. »

Alors qu’il était sur le point d’abandonner, il a voulu en voir un dernier. « Quand je l’ai vu, j’ai tout de suite su que c’était lui. » Le gourou vivait à côté de l’ashram Sivananda et Perumal est devenu son élève. « Il m’a appris le chemin en huit étapes de Patanjali et c’est en réalité tout ce qu’il faut savoir. Ce n’était pas un style particulier, c’était tout simplement du yoga. »

Perumal est resté là six semaines avant de retourner à Londres. « J’ai envoyé quelques fax à des écoles de yoga, j’ai assuré le rempla- cement d’un professeur et, après deux semaines, des files de personnes s’allongeaient devant la porte. On m’a donné ma propre classe et, à partir de là, tout s’est enchaîné. [Il rit.] Quand j’ai demandé à Babaji comment il avait su, il m’a répondu en riant : “Je ne sais pas, mais tu peux chercher si tu veux !” »

Changer ses habitudes
Quoi qu’il en soit, nous avons beaucoup à apprendre d’eux. Lentement mais sûrement, la détente marocaine me gagne moi aussi. Grâce au yoga, grâce au beau temps, grâce à une visite au hammam aussi, où une adorable jeune fille me fait un gommage de tout le corps – je n’avais jamais pensé qu’on pouvait également se faire un gommage des aisselles – suivi d’un merveilleux massage. Grâce, enfin, à la gentillesse des gens. Je laisse tranquillement ma porte ouverte, avec mon ordinateur portable et mon portefeuille sur ma table de chevet. Quand je reviens dans ma chambre, je trouve mes vêtements, que j’avais laissés éparpillés, convenable- ment repliés sur mon lit, la carafe d’eau remplie et le soir, une petite lumière allumée à côté de mon lit. Et cette ville ! De la terrasse d’un toit, nous regardons avec avidité la grand-place, Djemaa el Fna, qui à la tombée du soir se trans- forme en une grande fête avec les charmeurs de serpents, la parade des scooters, les illusionnistes, les nombreux étals, les hommes qui se promènent avec de petits singes malicieux sur l’épaule, les enfants qui courent, les charrettes tirées par des chevaux… Mon cœur bat, mon désir de voyager davantage se réveille. Quel plaisir de s’extirper de temps à autre de sa routine confortable et de la regarder à distance.

Je reçois des textos d’amis qui sont aux Pays-Bas, pris dans l’engrenage de leur vie surchargée, et pour qui les tracas du quotidien prennent une importance démesurée. Depuis ma terrasse sur le toit avec vue sur la place, je me demande pourquoi nous conti- nuons ainsi. N’est-ce pas étrange ? Nous vivons dans la sécurité, avons toute liberté de remplir notre vie comme nous l’enten- dons, et voilà ce que nous faisons de nos vies, de notre plein gré... Je repense à une conférence à laquelle j’ai assisté récemment, où le neuropsychologue et professeur de méditation américain Rick Hanson expliquait que notre cerveau était ainsi fait. La nature l’exige : la nonchalance face à un tigre nous serait fatale. C’est pourquoi nous sommes programmés pour être continuellement sur nos gardes, à l’affût des tigres, c’est-à-dire les échéances, les rendez-vous à prendre, les factures à payer… Il est bon d’être conscient, de temps à autre, que ce n’est pas néces- saire, qu’il est possible d’en sortir. La plupart des problèmes, nous les créons nous-mêmes... Et quand on change d’état d’esprit, c’est le cerveau qui change, selon Hanson. Par le yoga, la méditation, le voyage.

  • Yoga Retreat Holiday
    Morocco Jnane Allia

    Click For Retreat
  • Yoga Retreat Holiday
    Morocco Jnane Allia Pool

    Click For Retreat
  • Jnane Tamsna Lounge

    Click For Retreat
  • Jnane Tamsna

    Click For Retreat

Nuits blanches
Babaji lui avait prédit qu’il parcourrait le monde et tournerait des vidéos. C’est là qu’Ines, sa femme, a fait son entrée dans l’histoire. Quand ils se sont rencontrés, il y a sept ans, Ines était productrice de documentaires et de films publicitaires, ce qui les a incités à créer une chaîne : yogawithperumal.tv. Pour 15 dollars par mois, l’accès aux leçons de Perumal en ligne est illimité.

Ensemble, ils organisent des retraites, comme la Semaine dans le désert, mais le plus fantastique est que l’on peut aller dans leur studio de yoga toute l’année et suivre les leçons de Perumal. Pas besoin d’attendre qu’une retraite soit organisée, c’est ouvert à tout moment. Une fois par jour si on est seul, deux fois s’il y a plusieurs participants. C’est aussi un endroit magnifique pour séjourner en famille. Tandis que vous vous adonnez au yoga, votre conjoint(e) peut se détendre à la piscine, explorer la ville, faire un petit tour en chameau ou suivre des ateliers, par exemple de cuisine ou de jardi- nage. Et tout cela à seulement trois heures de vol de Paris. Tandis que je me détends en Savasana, je me surprends à me demander quand je pourrai revenir. Et si je venais habiter ici quelque temps ? Quand Ines nous emmène en ville, elle nous livre un aperçu de sa vie et je suis profondément impressionnée.Quelle femme ! Sur la terrasse d’un splendide grand café de la nouvelle ville, où l’ambiance coloniale a été reconstituée avec de belles mosaïques, à l’ombre des palmiers rafraîchissants, elle nous montre rapidement des extraits de ses films publicitaires. Et moi qui pensais que j’avais du stress, avec mes pauvres mails ! Ce sont des mégaproductions. Comme celle de la marque de montres Omega, pour laquelle elle a rassemblé dans le stade olympique d’Athènes les dix athlètes les plus rapides du monde. « Là, j’ai stressé, oui. Je pouvais initialement utiliser gratuite- ment le stade olympique, mais à mesure que le projet avançait, le tarif est passé à 10 000 dollars, puis à 20 000, 30 000… » C’est dans cet état de stress qu’elle a rencontré Perumal à Milan, où elle habitait à l’époque. Je n’avais pas dormi depuis quatre jours et je carburais à la margarita. Quand elle a entendu qu’il y avait un bon professeur de yoga indien en ville, elle l’a directement appelé. C’est elle qui a convaincu Perumal de venir au Maroc:  La vie est plus belle ici, dit-elle. Je pouvais à nouveau dormir en paix la nuit.  Les gens sont très zen, très relax. Je ne peux pas m’empêcher de penser : mais regardez donc à gauche et à droite avant de traverser ! »

Yoga Au Maroc
Vous aussi, découvrez la douceur du Maroc pendant les vacances de yoga proposées par Perumal.


Prix : Jnane Allia - à partir de 500 € en chambre double pour 3 nuits, comprenant la chambre, les petits déjeuners et dîners, 2 cours de yoga par jour, 1 soin au hammam, la prise en charge à l’aéroport et le retour.

Jnane Tamsna - à partir de 660 € en chambre double pour 3 nuits, comprenant le logement, les petits déjeuners et dîners, 2 cours de yoga, les boissons sans alcool, la prise en charge à l’aéroport et le retour. Retraites de yoga : Toute l’année pour tous niveaux, à partir de 3 nuits (4 jours). www.yogawithperumal.tv



Coucher de soleil
Mon cerveau s’est entre-temps tout à fait mis en mode “pas de tigre à l’horizon”. Même quand, le dernier soir, il s’avère que la magni- fique photo de chameaux – moi-même dans la posture parfaite du Chameau, le soleil dans les cheveux et les chameaux regardant bien l’objectif – par une bizarre erreur du système a disparu. Dommage que personne ne puisse voir mon beau Chameau, pensé-je tout en piquant un raisin sec dans le tajine, mais bon ! n’est-ce pas de l’ego, tout ça ? C’était sans compter sur Ines, qui arrive à bout de tout. Comme elle le dit elle-même : comparé à son précédent travail, le reste est un pique-nique. Que fait-elle à 11 heures du soir, tandis que nous sommes attendus le lendemain matin à 6 h 30 à l’aéroport ? Elle commande tout simplement quatre chameaux qui seront amenés au bon endroit avant le lever du soleil. (Car saviez-vous que les chameaux aussi doivent être ramenés le soir à l’écurie ?) Et il en sera ainsi. Le matin, à 5 h 30, un taxi roule dans la nuit noire pour nous amener au bord du désert, où quatre chameaux et leurs guides nous attendent, comme convenu. Sans échauffement, le dos encore raide, je me place rapidement dans la posture du Chameau, puis nous sommes conduits à toute allure à l’aéroport. Tout cela dans la bonne humeur et sans aucun stress. Car tout finit toujours par s’arranger, inch’Allah. Pourquoi s’en faire ? Si seulement je pouvais m’en souvenir. Surtout quand je serai de retour à la maison, avec des échéances et un temps de chien.New Paragraph
  • Yoga Retreat Holiday
    Morocco Jnane Allia

    Click For Retreat
  • Yoga Retreat Holiday
    Morocco Jnane Allia Pool

    Click For Retreat
  • Jnane Tamsna Lounge

    Click For Retreat
  • Jnane Tamsna

    Click For Retreat
Share by: